LE SECOND VOYAGE

PAS DE SECOND VOYAGE POUR JIMMY ATTRIBUTION AU 1ER VOYAGE

 

MANON - ATTRIBUTION

 

 

Enfin après avoir reçu le 17 juillet 2005 et le 16 août 2005 deux lettres du Ministère d’Ekatérinbourg m’informant qu’il n’y avait pas d’enfant de moins de 03 ans, le 06 septembre au réveil (à 6 heures) je vais consulter ma messagerie et surprise ! ! ! une lettre du ministère, bien entendu en Russe. Lettre émise directement par madame MOSKALEVA ministre d’Ekatérinbourg m’annonçant qu’une petite fille m’attendait.

Ma décision fût vite prise ; départ  la première semaine d’octobre le temps de faire mon visa.

 02/10/2005 :

 6H00 du matin, départ de la maison pour l ‘aéroport. Sébastien m’emmène et Jimmy est du voyage. Enveloppé dans une couverture, endormi, nous le mettons dans la voiture pour qu’il continue de dormir encore 1 heure.

A 9h30 nous arrivons à l’aéroport. Annick qui part avec moi pour connaître ses deux enfants est déjà là. Je quitte mes garçon toujours le cœur un peu gros de partir sans eux A 12h15 nous décollons comme prévu. Annick qui a peur de l’avion me fait éclater de rire. Elle a tellement peur qu’elle pleure, angoissée.

A 17h30 nous arrivons à Saint-Pétersbourg jusque là tout va bien. Parait-il qu’il devrait y avoir une navette pour nous emmener au terminal pour Ekatérinbourg. Mais bon ! ! ! il faut la trouver. Nous ne parlons pas le russe, Annick se débrouille en anglais. Nous sortons de l’aéroport avec nos valises. Nous demandons ) plusieurs navette, en vain. Nous faisons bien 4 allers et retour. Des policiers sont là et n’arrête pas de nous regarder. Ils doivent se demander qu’est-ce que c’est de ses deux nanas qui ont l’air paumées complètement. Mais bon vu l’amabilité des russes ils ne viendront pas à notre aide bien sur.

Pour finir nous retournons au guichet information où là une dame très sympathiques nous appelle la navette, nous fait comprendre de nous asseoir et lorsqu’elle arrive elle nous y emmène.

Transfert fait, nous attendons pendant 7 heures notre avion mais nous parlons tellement

Que nous ne voyons pas le temps passé.

03/10/2005 : 

 

  Avec une heure de retard il est 06h30 heure locale (+4h par rapport à la France) nous atterrissons à Ekatérinbourg où grande Eléna nous attend. Mais horreur ! ! ! Annick s’aperçoit qu’elle n’a plus ni passeport ni billet d’avion. Elle se souvient les avoir laissés dans le dossier de l’avion. Aussitôt Eléna va voir la police de l’air qui a deux reprises vont fouiller l’avion mais en vain aucun papier. Ceux-ci ont été volés par un des voisins d’Annick. Pendant 2 heures nous avons attendus sur un banc en attendant Eléna, le jour se levait, nous étions complètement HS. Des russes passaient et repassaient devant nous en se demandant qu’est ce que nous attendions là.

A 8h20 nous arrivons à l’appartement, épuisées, le même appartement qu’au premier voyage mais là nous avons décidé de cohabiter ensemble.

A partir de 13h00 Eléna nous rejoint avec petite Eléna et c’est la course, plainte à la milice (police) pour la perte du passeport, téléphone à l’ambassade de France en russie etc…etc…. jusqu’à 17h00.

A 18h00 Eléna nous appelle, elle a le passeport, il a été retrouvé dans la rue mais pas les billets d’avion c’était bien un vol.

 

04/10/2005 : 

 9h00, nous arrivons devant le Ministère. Il y a pleins de monde. Je passe avant Annick. Cela a bien changé depuis Jimmy. Trois dames (une commission) très souriantes (cela change un peu des russes) me reçoivent, me souhaitent la bienvenue et me disent que j’ai une petite fille née le 27 septembre 2003 qui s’appele « Milana ».

Son diagnostic médical : strabisme, rachitisme, allergie. Rien de bien méchant je ne m’inquiète pas. Elle est dans un sanatorium pour la retaper un petit peu mais elle dépend de l’orphelinat d’Ekat n°1. Chouette c’est celui où était Jimmy.

Annick a l’attribution d’un petit « Alexandre » 13 mois dans l’orphelinat n°2 avec un gros diagnostic médical mais bon on va aller voir ses enfants.

Nous passons chercher le pédiatre et partons voir « Alexandre » qui finalement n’a rien du tout, est en parfaite santé, magnifique bébé. Annick est comblée et les larmes coulents sur ses joues en serrant son fils.

A 14h00 en route pour aller voir « Milana ». Il y a rien que 7 personnes dans la pièce. Le pédiatre, l’infirmière en chef du sanatorium, un nouveau traducteur, l’inspectrice de l’enfance, les deux Eléna, Annick et moi.

« Milana »  arrive, le CHOC, Annick n’ose pas me regarder mais se dit « là on va au devant des problèmes ». Moi j’essaie de me contenir je fais comme si rien n’était. mais cette fillette à le crâne enfoncé tout le dessus de la tête et l’arrière droit. De plus je m’aperçois que l’œil droit est plus gros que l’autre et ne se ferme pas. Le sourcil est plus haut.

Le pédiatre examine l’enfant, me dit qu’elle a un enfoncement de la boîte cranienne, que c’est congénital et que cela peut s’arranger en grandissante et bien sur une paralysie faciale.

Je ne dis toujours rien mais dans la voiture au retour j’éclate en sanglots. Annick me console me dit de réfléchir, je peux dire non. Mais qu’elle décision prendre quand la famille n’est pas à mes côtés. Neurologiquement elle n’avait l’air de rien avoir, elle était comme une enfant de son âge.

J’ai appelé de suite mon médecin en France qui m’a conseillé d’appeler le pédiatre de Jimmy. Les deux ont eu un avis réservé et étaient pessimistes. Si l’enfant avait une fissure à la fontanelle il faudrait une intervention qui est très grave. Seulement personne ne pouvait savoir n’ayant eu aucun renseignement depuis sa naissance, ni vu de radio du crâne.

La soirée a été horrible, Sébastien n’a pas arrêté de me téléphoner je pleurais tellement qu’Annick a dû prendre le téléphone pour lui expliquer le problème. Il m’a dit « c’est toi qui décide fais ce qu’il te semble le mieux ». Je souhaitais voir la directrice de l’orphelinat pour avoir tous les renseignements necessaire de « Milana » depuis sa naissance le lendemain, Eléna ne m’en a pas laissé le temps.

 

 05/10/2005 :

Il est 9h00, petite Eléna me téléphone pour me demander ma réponse immédiatement car grande Eléna va au ministère. Il faut dire oui où non et signer l’attestation de refus de l’enfant.

Pourquoi ? je ne sais pas mais je n’ai pas réfléchi de suite j’ai dit « je refuse cette enfant » Du fait que pour moi adopter un second enfant n’est pas le but de ne faire que les hôpitaux avec elle, de plus il y a un risque que l’on ne connaît pas, elle peut devenir handicapée ou ai pire décéder lors de l’intervention. il y a Jimmy, je ne peux pas lui faire subir cela. Je veux donner une maman à un enfant mais pas enlever sa maman à Jimmy du fait que je n’aurais pas pu continuer à m’occuper de lui si je devais être avec sa sœur.

J’ai de suite informé Sébastien de ma décision qui m’a répondu « bonne décision tu as bien fait »

Je lui ai récrit en lui  disant qu’il y avait des risques d’avoir un garçon à la place d’une fille. Il m’a renvoyé un message « fille ou garçon peu importe » j’étais soulagée.

Lorsque éléna a dit mon refus au ministère, celui-ci a été étonné, a demandé pourquoi ? Eléna qui a vu l’enfant a expliqué le problème. Le ministère a certifié ne pas être au courant de cette situation

A 12h00 les deux Eléna viennent à l’appartement pour donner les documents à fournir pour le jugement d’Erwan. Moi je suis là assise en bout de table à écouter, je ne suis pas concernée, cela fait très mal.

A 14h00 nous partons voir Erwan. Pendant deux heures Annick s’éclate avec ce bébé super et moi je joue la photographe, les regarde, c’est horrible pour moi.

Nous mangeons en ville au restaurant ouzbec cela nous change un peu.

A 20h00 petite Eléna me téléphone pour me dire « bonne nouvelle, le ministère vous attend demain matin à 9h30 » mais bon, bonne nouvelle cela veut dire quoi pour les russes, attribution, pas attribution ?Si demain il n’y a pas d’attribution mon second projet se terminera là.

Il est 24h00, le téléphone n’a pas arrêté de sonner depuis 20h00 pour des messages d’encouragement, de soutien des familles, des adoptants, des amis.

Je me couche, je n’ai pas envie d’être à demain.

06/10/2005 : 

 

 9h00 et nous voilà à nouveau au ministère. Je me retrouve pour la seconde fois devant la commission d’attribution qui ne revient pas sur mon refus du premier enfant et me donne l’attribution d’une fillette née le 22 janvier 2004 qui s’appelle DIANA ALEXEIEVNA MOKEIEVA, elle est née à VERKHNAYA-PICHMA où depuis sa naissance elle est restée à l’hôpital  puisqu’il n’y a pas d’orphelinat dans cette ville.

Diagnostic médical : aucun elle est en bonne santé. Sa maman l’a abandonné à la naissance le papa est inconnu.

Avec le pédiatre nous partons aussitôt la voir.

Dans le bureau de l’hôpital, l’inspectrice de l’éducation me raconte son histoire : abandon de la maman à la naissance, papa inconnu et la grand-mère maternelle a accepté de signer l’abandon aussi.

Puis un tout petit bout de chou arrive dans la pièce habillée tout en rose avec quatres petites couettes, elle est adorable. Un peu intimidé mais je lui tend les bras et elle vient de suite vers moi.

Elle vient sur mes genoux, jouent avec des peluches.

Rien à dire elle est en bonne santé, je joue 20 minutes avec elle.

Boutade du pédiatre : il regarde tout le temps les fesses des enfants.

Bon sang on se demandait bien  pourquoi avec petite Eléna et Annick

Donc on lui pose la question, il nous dit que si l’enfant a une tâche

brune en haut des fesses il est de nationalité Eurasienne . Plus la tâche

est grande plus il est eurasien.

Il en conclut que ma fille est un tout tout petit peu Eurasienne, beaucoup

Russe de la vallée de l’Oural mais typée européenne et finoise puisqu’elle

A les yeux verts et les cheveux blonds foncés,  eh bien ! ! ! !

Rien que cela ! ! ! ! ! Bizarre les russes.

Bien sur je signe mon accord et enfin je vais avoir ma fille qui s’appellera

MANON

07/10/2005 :

 

Ce matin je vais revoir Manon pendant 2 heures. L’hôpital n’est pas gai et peu agréable. Nous longeons de longs couloirs noirs et nous nous retrouvons dans une chambrette aménagée en bureau avec un canapé. On ne peut à peine bouger, ni courir, ni jouer.

Elle arrive toujours vêtue du même ensemble rose que la veille avec ses deux couettes. Au début elle ne sourit pas beaucoup mais avec Annick nous arrivons à la faire rire. Annick fait des bulles devant elle, mlanon aime cela et rigole.

Puis on joue, elle range des crayons, joue à la balle, nous la relance.

Une heure après j’étais allongée parterre à côté d’elle puis d’un

coup elle a penché sa tête contre ma joue et m’a fait un calin.

J’ai été très surprise c’était craquant je lui ai fait de gros bisous.

Au moment de partir elle m’a tendu les bras pour que je la porte

 mais bon….là c’était pour regarder par la fenêtre, voir ce qu’il y

 avait dehors. Et elle est partie avec son micka dans les bras.

 

 Manon je ne te reverrais plus avant le jugement

 mais je verrais ta petite bouille tous les jours en photo à la maison.

L’après-midi a été consacré à Erwan où on a passé 2 heures avec lui.

 

 Nous nous sommes couchées à 01h00 du matin. A 4h00 je dois me lever

 pour reprendre l’avion, la nuit va être courte.

 

 08/10/2005 : A 5h30 Eléna frappe à la porte. Je suis prête. Je vais faire un bisou à Annick qui dort car elle, ne repart pas, elle attend une seconde attribution.

Il pleut sur EKATERINBOURG. A 6h30 je décolle comme prévu pour Saint-Pétersbourg. Je n’ai eu aucun problème pour le transfert car Eléna m’avait écrit en russe le message pour l’information concernant la navette.

A 10h50 j’arrivais à paris où Sébastien était là. Qu’est ce que j’étais contente de le revoir

Et de revoir la France. La semaine a été très dure et très éprouvante.

La deuxième étape est fini maintnenant en route vers le :

 

LE JUGEMENT

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (1)

1. popcorn 02/07/2008

avant de refuser lautre petite tu aurais du reflechir a deux fois car si il pense tous comme toi ca crain tu aurais mit o monde cette petite tu aurais fait avec le problemes tu a penser ke a ton bonheur pas a celui de l'enfant mais bon chacun sont choix tu a fait ce ke tu a voulus et jespere de tou coeur ke vous etes heureux avec vos enfants

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site